images

Nous voilà maintenant depuis un peu plus de 15 jours à Budapest.

IMG_20160211_124038

Les débuts furent disons-le assez tumultueux : une grosse grippe suivie d'une horrible otite ont cloué Géraldine au lit plusieurs jours. Et lorsqu'il fut question de penser à se soigner, a commencé le combat pour trouver un médecin francophone puis celui d'essayer de se rendre aux rendez-vous donnés à l'autre bout de la ville ( un jour un taxi, après m'avoir extorqué 20E, m'a déposée avec les enfants au milieu de nulle part parce que je lui demandais d'arrêter de me predre la main. Un scandale !).

 

Toutefois, nous commençons peu à peu à découvrir cette étonnante capitale aux airs art déco. Je laisse tout d'abord notre guide la présenter en quelques lignes car il décrit assez bien ce que nous ressentons ici.

 

" Budapest a été très riche, très belle, cosmopolite et prospère. Et puis, un jour, la fête s'est arrêtée pour laisser les diables de l'histoire entrer par effraction et semer la terreur.  Blessée par les guerres, meurtrie par le nazisme, appauvrie par le communisme, lequel s'est acharné à tuer son âme, la grande dame a retrouvé son lustre à la faveur de son entrée dans l'Union Européenne. Miracle ou mirage ? Le fait est que Budapest est aujourd'hui une capiale bouillonnante, jeune et pleine de vie."

 

S'il est vrai que d'un côté le centre de Budapest bénéficie d'investissements étrangers qui permettent de redonner une seconde jeunesse aux beaux immeubles Liberty du début XXe, le souffle retombe toutefois lorsque l'on s'éloigne du coeur de ville. Là, nous sentons que la chute du mur est encore assez proche et Budapest peine à masquer les cicatrices de son passé. Les habitants devenus propriétaires par la force des choses, n'ont malheureusement pas de quoi rénover quoi que soit (au regard des 350e de smic officiel et du coût de la vie qui s'apparente à celui de la France). Même autour de la place où nous habitons, pourtant à quelques rues de Andrassy ut - grande avenue haussmanienne classée au patrimoine de l'Unesco - les enduits des immeubles s'effritent et sont peu à peu colonisés par bon nombre de graffitis. 

 

La majestueuse Andrassy ut est d'ailleurs l'avenue qui mène aux ambassades. Jean-Régis n'est donc qu'à quelques minutes en métro de son travail. Quelle chance par rapport à ce que l'on a connu !!! Il part en même temps que nous le matin et revient vers 19h pour le dîner ... un doux rêve !!

 

Les enfants quant à eux se rendent trois jours par semaine au kindergarten Montessori de Buda (de l'autre côté du Danube. Pour notre part nous habitons Pest). Le système est ici un peu différent de celui de la France dès lors que - si j'ai bien compris - l'instruction n'est obligatoire qu'à partir de 7 ans. Le kindergarten des enfants s'apparente donc plus à notre garderie française et la pédagogie Montessori n'y est pas enseignée avec autant de rigueur. Ceci étant, ils semblent y être très heureux, font de nombreuses activités et entendent parler Anglais (et Hongrois) toute la journée. La maîtresse anglaise m'a même dit qu'ils commençaient à comprendre ce qu'elle leur disait ....

 IMG_20160223_090405

Et moi, pendant ce temps là : je travaille mes cours sur Ste Hildegarde et je visite Budapest ! Plutôt sympa :-) Il est vrai que je trouve qu'il n'y a rien de tel pour connaître une ville que de se perdre (sans guide!!) dans ses petites rues à différentes heures du jour ou de la nuit (il fait nuit ici très tôt !!), de passer la tête derrière les portes cochères pour découvrir de belles cours intérieures plus ou moins préservées par l'histoire, de se promener le long du Danube un jour de beau temps et de s'arrêter dans tel ou tel café pour y déguster les pâtisseries typiques du pays.

Pour le moment nous gardons les "must to do" (Parlement, musées , château de Sissi ...) pour les quelques we où nous aurons de la visite (avril et mai).

 

Le we dernier nous avons quand même testé la grande patinoire avant qu'elle ne ferme fin février.

Située au sein du Varosliget, "le Bois de la Ville" îlot de verdure en plein Budapest juste à côté des ambassades (soit, si vous avez suivi, en haut de l'Avenue Andrassy), cette patinoire en plein air fut la première d'Europe. Elle est dressée sur un lac gelé et en été on peut y faire des ronds dans l'eau sur des embarcations en bois :-) Si Joseph n'a même pas voulu monter sur la glace ne supportant pas ces souliers bizarres qu'il avait aux pieds, les filles ont fait preuve de courage et de persévérance pour essayer de tenir puis d'avancer des patins aux pieds. De notre côté, cela nous rappelait nos années collège avec Jean-Régis : essayer d'avancer puis d'exécuter cahin caha l'une ou l'autre figure pour avoir des points supplémentaires en sport. Un calvaire pour moi ! Mais là, le soleil était radieux et les filles aux anges : un beau moment familial !

    IMG_20160220_125254

Bon, il y aurait encore pas mal de choses à raconter, mais ce sera pour la semaine prochaine !

D'ici là, que Dieu vous garde !